ADOSEN Prévention Santé MGEN, l’éducation au service de la santé

Logo ADOSEN Prévention sante MGEN

 
Entretien réalisé par Aline Audin, chargée de projets à l’Ireps Alsace, avec Isabelle Rehm, Déléguée Mgen du Bas-Rhin en charge de la Prévention et de la Communication.

 

Pouvez-vous nous présenter rapidement votre structure ou votre service ?

L’association ADOSEN (Action DOcumentation Santé pour l’Education Nationale), association nationale loi 1901, créée en 1962, a une antenne locale dans chaque département. Regroupant au départ les enseignants faisant la promotion du don du sang au sein de l’Education nationale (Association des Donneurs de Sang de l’EN), elle a peu à peu élargi ses centres d’intérêt pour mener aujourd’hui des actions ayant une triple vocation :

  • l’éducation à la santé et à la citoyenneté,
  • la promotion de la santé,
  • la prévention santé.

Rattachée depuis 2010 à la MGEN (Mutuelle Générale de l’Éducation Nationale) sous l’intitulé « ADOSEN Prévention Santé MGEN », elle intervient auprès des jeunes en milieu scolaire, sur des thématiques diverses : nutrition, éducation à la vie sexuelle et affective des adolescents,… Ces interventions sont destinées à instaurer le dialogue avec les élèves et contribuer ainsi à l’adoption de comportements favorables à leur santé.

Elle coordonne ses activités et réalisations avec l’action médico-sociale et de prévention de la MGEN pour mettre en œuvre également des programmes de prévention et d’éducation à la santé à destination des adultes :

  • des professionnels de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche
  • des adhérents des mutuelles du groupe MGEN

Elle peut également mener des actions « tout public », en particulier avec des partenaires tels que la Mutualité française d’Alsace (Union régionale de la FNMF, Fédération Nationale de la Mutualité Française).

Pour mener à bien ses missions, elle dispose d’un site internet (http://www.adosen-sante.com) permettant d’accéder à un certain nombre d’informations théoriques et pratiques (outils, fiches pédagogiques) sur des thématiques de santé. Elle publie également une revue trimestrielle, « Action Santé », explorant un thème essentiel de santé publique.

Mais son rôle premier, elle l’exerce en tant qu’association éducative agréée, complémentaire de l’enseignement public, en apportant en fonction de ses moyens, son accompagnement méthodologique aux enseignants, infirmiers et médecins scolaires qui souhaitent promouvoir la santé des élèves de la maternelle à l’Université : création de documents de diffusion, diffusion d’informations via des mailings, mise en place d’actions devant les élèves (ex : aide à l’animation de forum santé comme l’atelier « malbouffe » au lycée d’Erstein, aide à l’organisation de conférences comme « un ado bien dans sa peau » avec le CESC inter-établissements d’Obernai…) selon la demande des professionnels de l’Education nationale.

Quels sont l’origine (contexte, histoire…) et l’objectif principal de votre projet ? 

L’action mise en place par la commission ADOSEN Prévention Santé Mgen 67 et présentée ici avait pour objectif principal de promouvoir le don d’organes auprès des élèves de la 3ème à la Terminale et de permettre à ces élèves de se positionner et de devenir un relais auprès de leur entourage, en particulier de leurs parents.

L’action était organisée en collaboration étroite avec l’ADOT67, qui organisait son Congrès national les 12 et 13 octobre 2013 à Strasbourg. Cet évènement a donc constitué à la fois le cadre et le prétexte de l’action, l’ADOT ayant souhaité proposer à ce congrès une manifestation à l’échelle des élèves, accueillie par des élèves et dont la réflexion serait menée elle-même par des élèves. Un forum a donc été organisé en avant-première de ce congrès, intitulé « Le don : s’informer, y réfléchir, se positionner ».

A quel problème de santé votre projet répond-il ? Sur quels déterminants de ce problème de santé votre projet va-t-il agir ? 

Entre 2000 et 2012, le nombre de personnes prélevées a augmenté de 56,5% et le nombre de greffes de 56,4% !

En 2012, sur 17627 malades inscrits en liste d’attente, seuls 5023 ont pu être greffés !

La majorité des donneurs (92,5% des greffes réalisées) sont des personnes qui décèdent à l’hôpital en état de mort encéphalique suite à un arrêt vasculaire cérébral ou un traumatisme crânien : cela concerne moins de 1% des décès à l’hôpital !

Constat : la greffe, une technique médicale de mieux en mieux maîtrisée entraînant une augmentation des besoins en greffons, mais une pénurie provoquant une liste d’attente de plus en plus longue !

Problème : On constate aujourd’hui un taux élevé de refus de prélèvement d’organes par manque d’informations, notamment en ce qui concerne la mort encéphalique. D’où la nécessité de monter des actions permettant aux personnes de mener une réflexion à ce sujet avant la survenue d’un accident, afin de ne pas être prises au dépourvu et de prendre leur décision en toute conscience.

Plusieurs facteurs semblent agir sur cette problématique de l’insuffisance des dons d’organe :

Des tabous et des représentations du corps incompatibles avec le don d’organe

Que ce soit pour des raisons religieuses, éthiques ou intimes, de nombreuses personnes refusent l’idée de léguer leur corps ou celui de leurs proches à la science et souhaitent récupérer les corps de leurs défunts. L’action propose donc une réflexion sur les représentations liées au corps et à la mort.

Une difficulté naturelle à parler de la mort et à se positionner, en particulier pour les jeunes 

Il s’agit donc d’aborder le sujet sereinement, d’apporter des arguments, des chiffres, des informations claires et objectives, afin de donner la possibilité aux jeunes de dédramatiser avant d’y réfléchir. 

Une méconnaissance des techniques et procédures médicales, notamment en lien avec la mort encéphalique

L’action informe sur la rigueur des procédures médicales liées au don d’organe (diagnostic, équipes de contrôle etc.), mais également sur les structures pouvant jouer un rôle dans le processus : établissement français du sang, détermination du groupe tissulaire…

Une organisation centralisée du système de l’inscription au registre national

Le don d’organes repose en France sur le « consentement présumé » : chaque Français est considéré comme un donneur potentiel sauf s’il s’y est opposé de son vivant et s’est inscrit au registre des refus par internet. Il est donc primordial de faire connaître sa volonté à ses proches pour qu’ils puissent en témoigner. La carte du donneur ou le passeport de vie n’ont aucune valeur légale !

Décrivez-nous les activités que vous avez mises en place

L’action mise en place consistait à organiser un forum intitulé « Le don : s’informer, y réfléchir, se positionner », auquel étaient invités les élèves du Bas-Rhin de la 3ème à la Terminale (323 élèves) ainsi que leurs professeurs, leurs infirmières scolaires et leurs médecins.

  • Dès la rentrée scolaire, 6 saynètes ou jeux de rôles sur différentes thématiques identifiées ont été écrits et joués par des élèves de Seconde de l’option théâtre du Lycée Pontonnier, sous la mise en scène de leur professeure Mme Heyers, aidée par des bénévoles d’ADOSEN et de l’ADOT 67. Ces saynètes ont été jouées lors du forum et suivies de petites tables rondes animées par Mme Bach, professeure de philosophie de Jean Rostand et une dizaine de ses  élèves de Terminale chargés de faire réagir les autres élèves.  
  • Un Forum de discussion était organisé, avec la participation de plusieurs experts, pour répondre directement aux interrogations des élèves sur des questions d’ordre médical ou éthique en lien avec le don d’organes. Il s’agissait d’un débat interactif impliquant, outre les élèves, le professeur Philippe Wolf, chirurgien en transplantation d’organes, le père Denis Ledogar, aumônier de l’Hôpital de Hautepierre et Mme Lwoff du Service de Bioéthique du Conseil de l’Europe. Les élèves avaient préparé leurs questions avec leurs professeurs. Celles-ci portaient sur les thématiques suivantes : la loi de Bioéthique, les circonstances du don d’organes, la position des religions…  
  • Des cartes de donneur ont été mises à disposition des élèves, dont la valeur purement symbolique doit permettre de rappeler à l’élève la réflexion menée.

Le cas échéant, quels résultats avez-vous déjà obtenus ? 

Conformément aux attentes, le forum, qui s’est tenu le vendredi 11 octobre, en avant-première du congrès national de l’ADOT-67, a réuni 375 élèves de la troisième à la terminale des établissements strasbourgeois avec leurs professeurs, soient 400 participants. Un mur d’expression a été réalisé à cette occasion.

Quels partenariats avez-vous mis en place pour l’élaboration, la mise en œuvre ou l’évaluation de ce projet ?

Les partenaires de cette action étaient :

  • L’ADOT 67 (Association pour le Don d’Organes et de Tissus).
  • L’Education Nationale par les enseignants et les classes qui ont participé.

En quoi ce projet s’inscrit-il dans le cadre de la promotion de la santé ?

Organisé à destination des élèves de la 3ème à la Terminale, ce forum a suscité une large participation des élèves eux-mêmes à travers différentes activités : accueil du public, distribution de boisson, écriture et animation de scènes de théâtres, interactivité lors des débats, constitution d’un mur d’expression…

Si l’action a apporté des connaissances et de l’information sur les thématiques abordées, elle a surtout cherché à susciter la réflexion et le questionnement des élèves en privilégiant la participation et l’interactivité des méthodes d’animation (théâtre, questions-réponses…). Par ce biais, elle a sans doute contribué à renforcer les ressources et les aptitudes des élèves, leur capacité à se positionner sur une question complexe et difficile, et par conséquent leur capacité à agir sur leur propre santé. 

CONTACT

Siège et administration nationale de l’adosen:
3  Square Max Hymans
76748 PARIS CEDEX 15
Téléphone : 01 40 47 27 86
E-mail : adosen@nullmgen.fr

Adresse locale :
MGEN du Bas-Rhin
Commission Adosen PréventIon Santé MGEN
Rue Henri Bergson
67096 Strasbourg Cedex
Téléphone : 06 71 09 79 00
E-mail : irehm@nullmgen.fr

Les commentaires sont fermés.