Des actions d’éducation pour la santé en direction des personnes migrantes : l’exemple de Migrations Santé Alsace

migrations santéEntretien réalisé en février 2013 par Aline Audin, chargée de projets à l’Ireps Alsace, avec Emilie Jung, chargée de projets à Migrations Santé Alsace, sur une action s’inscrivant dans le cadre de la promotion de la santé.

Pouvez-vous nous présenter rapidement votre structure ou votre service ?

Créée en 1975, l’association Migrations Santé Alsace a pour objectif la promotion de la santé des personnes migrantes et de leur famille. L’association considère la santé d’un point de vue global, en prenant en compte l’ensemble des déterminants sociaux de la santé (le système de santé, l’environnement social, physique, économique…) et, pour cette raison, travaille tant dans le domaine sanitaire que social. La langue d’origine comme déterminant de santé spécifique des migrants constitue la clé de voûte de ses activités. 

L’association compte trois principaux axes d’intervention :

  • L’accès aux droits et aux soins par la mise à disposition d’interprètes professionnels.
  • La formation et la sensibilisation des professionnels des secteurs de la santé et du social à l’accueil des personnes migrantes.
  • L’éducation pour la santé en direction des personnes migrantes.

Quels sont l’origine (contexte, histoire…) et l’objectif principal de votre projet ?

 Migrations santé développe des actions de prévention depuis sa création. L’objectif principal est de permettre aux personnes migrantes de mieux maîtriser leur santé et les facteurs qui la déterminent. Actuellement, deux grandes thématiques sont abordées :

– le dépistage et la prévention des cancers qui comprend un volet sur l’équilibre alimentaire,

– la sexualité, la prévention des IST et la prévention des violences faites aux femmes.

Ces thèmes ont été définis en fonction des besoins et demandes repérés et s’inscrivent dans les priorités du Programme Régional de Santé. Au-delà de leur importance intrinsèque, ils constituent une « porte d’entrée » pour aborder la santé de façon globale avec les populations migrantes. Par ailleurs, l’association est particulièrement attentive à d’autres thèmes de santé qui pourraient émerger.

A quel problème de santé votre projet répond-il ? Sur quels déterminants de ce problème votre projet va-t-il agir ?  

 L’action tente de répondre au problème de l’inégalité d’accès à la prévention pour les personnes migrantes, en particulier pour les femmes. Elle agit sur plusieurs facteurs influençant ce problème de santé :

  • L’inégalité d’accès à l’information et à la prévention en matière de santé

Pour les migrants ne parlant pas encore ou maîtrisant mal la langue française, la barrière de la langue représente un handicap évident pour la compréhension de campagnes d’information et pour la participation à des actions de santé destinées au grand public.

En outre, les populations migrantes étant majoritairement issues des milieux populaires, elles souffrent des difficultés propres à ces publics, traditionnellement moins touchés par les programmes de prévention.  

Migrations Santé Alsace améliore l’accès de ces populations aux messages de santé en proposant des animations en langue d’origine, sur les différentes thématiques évoquées plus haut.

  • L’éloignement géographique des structures de la prévention

Au-delà des informations et connaissance en matière de santé, les migrants sont confrontés directement à des difficultés d’accès aux structures de santé, à la fois pour des raisons de compréhension et de connaissance des structures existantes, mais aussi pour des motifs logistiques tels que l’accessibilité géographique, qui concerne là encore plus largement l’ensemble des populations d’origine modeste.

C’est pourquoi Migration Santé Alsace se déplace directement sur les lieux de vie des populations migrantes pour leur fournir, dans leur langue d’origine, des informations sur leurs droits, leurs démarches, les structures existantes,…  

  • L’influence des représentations et trajectoires migratoires

Comme tout un chacun, les représentations des migrants en matière de santé vont influer sur l’adoption ou non de comportements de prévention. Cependant, celles-ci connaissent des spécificités liées à la langue d’origine et au parcours migratoire. En effet, chaque langue véhicule une conception du monde qui lui est propre et qui touche également à la santé et à l’intime. L’idée même de prévention peut, par exemple, être difficile à traduire dans certaines langues. Par ailleurs, l’expérience migratoire conduit à des recompositions complexes entre les cultures et les modes de vie des pays de départ et d’accueil qui ont également une influence sur la santé. Pouvoir prendre en compte ces différents éléments permet de réaliser un travail approfondi sur les représentations.    

Pour ce faire, Migrations Santé propose de réaliser les animations dans la langue d’origine des personnes concernées. Ceci favorise la participation, l’interaction et les échanges entre les participants.  

Décrivez-nous les activités que vous avez mises en place.

 Migrations Santé Alsace intervient sur différents territoires de la région : quartiers prioritaires dans le cadre des contrats urbains, villes de taille moyenne… Dans un souci de proximité, l’association travaille toujours en partenariat avec des structures accueillant directement les personnes migrantes (centres socioculturels, associations de quartier, centres d’accueil pour demandeurs d’asile, associations communautaires…).  

En amont des animations, la chargée de mission rencontre les professionnels ou bénévoles de la structure partenaire pour cibler le public, recueillir les besoins, envisager les modes d’interventions. Ces temps sont également un moment privilégié pour échanger sur la santé des populations migrantes et les difficultés qui leur sont propres. Le recueil de besoins peut également être approfondi selon les cas par la diffusion d’un questionnaire ou par l’organisation d’une rencontre préalable avec le public. 

Ainsi, des séances d’éducation pour la santé au plus proche des besoins des personnes sont mises en place. L’utilisation de la langue d’origine favorise l’expression des participants et le travail sur les représentations. Pour chaque thème, au moins deux séances sont prévues. Cela permet d’approfondir les échanges, de revenir sur certains points et de créer une plus grande confiance. Les intervenants sont des animateurs bilingues de l’association, formés aux différents thèmes abordés et aux techniques d’animation.

Plusieurs thématiques peuvent être abordées auprès d’un même groupe, ce qui permet un travail dans la durée. L’idée est qu’à terme les structures partenaires se saisissent des enjeux de santé et en tiennent compte dans leurs différentes activités.

Chacune des deux grandes thématiques d’intervention de l’association (prévention et dépistage des cancers, sexualité, prévention des IST, prévention des violences faites aux femmes) dispose d’un comité de pilotage chargé de définir les grandes orientations à la fois méthodologiques, pédagogiques, théoriques etc. Un troisième comité de pilotage global est chargé de réfléchir à l’intégration des actions de l’association dans un cadre de promotion de la santé.

Enfin, la formation continue des animateurs de Migrations santé Alsace est assurée 2 ou 3 fois par an en ce qui concerne la mise à jour des connaissances et les techniques d’animation.

Quels résultats avez-vous déjà obtenus ?

 En Alsace, en 2012, près de 400 personnes ont déjà été touchées par ces animations, sur un total de 30 séances réalisées au sein de 16 structures différentes.

Quels partenariats avez-vous mis en place pour l’élaboration, la mise en œuvre ou l’évaluation de ce projet ?

 Migrations Santé Alsace réalise ses actions toujours en partenariat avec des structures accueillant les publics migrants : associations de quartier, centres socioculturels, associations liées à la question de l’immigration, collectivités locales pour des actions dans des centres médico-sociaux etc. Les différents partenariats se définissent en cours d’année. 

L’association travaille en collaboration avec des associations spécialisées dans les différentes thématiques de santé, dans le cadre des comités de pilotage : ADEMAS, ADECA, EVE, la Ligue contre le cancer, le CIDFF, SOS Hépatites, Sida Info Service et le Planning Familial.

Enfin Migrations Santé Alsace participe à différents réseaux, ce qui lui permet d’inscrire ses actions dans une démarche territoriale : PEPSAL, Plateforme Santé Précarité, Ateliers Santé Ville de la ville de Strasbourg…

En quoi ce projet s’inscrit-il dans le cadre de la promotion de la santé ?

  • Un projet favorisant l’implication et la participation des personnes migrantes

Migrations Santé Alsace favorise la participation des migrants aux actions les concernant à plusieurs niveaux :

– Au moment du diagnostic, en organisant, lorsque c’est possible, une séance d’échanges avec les participants pour identifier avec eux leurs demandes en matière d’information ou d’action de santé.

– Au moment des séances elles-mêmes en offrant la possibilité aux migrants de s’exprimer dans leur langue, en privilégiant les techniques d’animation participatives, et en étant sensible aux besoins qui pourraient émerger pendant les séances.

La participation est également favorisée par la réalisation des séances dans le lieu de vie des personnes, dans des structures de proximité.

  • Un projet soutenant les migrants dans la prise en charge de leur santé

Selon Migrations Santé Alsace, une action de santé en langue d’origine ne peut qu’encourager les personnes migrantes à se sentir plus à l’aise dans leur nouvel environnement, contribuer à les mettre en confiance, leur donner envie de prendre soin d’elles-mêmes et ainsi favoriser l’intégration.

L’action en langue d’origine est donc un moyen pour l’association d’améliorer la capacité de ces personnes à prendre en main leur santé et à s’y intéresser, comme le préconisent les principes issus de la Charte d’Ottawa.

  • Un projet prenant en compte les déterminants sociaux de la santé

Le déterminant principal sur lequel les actions d’éducation pour la santé cherchent à agir est celui des comportements individuels. Néanmoins, l’association prend en compte l’ensemble des déterminants dans sa réflexion. Le travail en amont avec les structures partenaires permet de prendre en compte l’environnement social. Par ailleurs, lors des animations, l’analyse des freins à l’adoption de comportements favorables à la santé avec le public prend en compte les différentes dimensions de leur vie quotidienne : difficultés socio-économiques, isolement géographique, difficultés administratives… Selon les difficultés repérées, celles-ci peuvent être retravaillées avec les structures partenaires pour envisager des pistes d’amélioration.

  • Un projet s’intégrant dans une stratégie plus globale de promotion de la santé

Ces actions d’éducation pour la santé sont l’un des maillons d’une stratégie plus globale en matière de promotion de la santé, puisque l’association agit sur plusieurs déterminants de santé : à travers ses activités d’interprétariat et de formation des professionnels de la santé et du social, elle cherche à avoir un impact sur l’organisation du système de soins, en l’encourageant à mieux prendre en compte les besoins spécifiques des populations migrantes.

Les commentaires sont fermés.