Les Diagnostics locaux de Santé dans le Val d’Argent et la Vallée de la Bruche.

ors alsaceEntretien réalisé en janvier 2013 avec l’IREPS Alsace et l’ORS Alsace sur une action – les diagnostic locaux de santé – sireps‘inscrivant dans le cadre de la promotion de la santé.

Pouvez-vous nous présenter rapidement vos structures?

L’Observatoire régional de la santé (ORS) est un bureau d’études associatif en Santé publique qui a pour vocation d’être un outil d’aide à la décision pour l’élaboration des actions et politiques sanitaires, sociales et médico-sociales. Ses missions sont les suivantes : traitement et diffusion des données statistiques existantes, réalisation d’enquêtes quantitatives et qualitatives venant compléter les données insuffisantes, conseil méthodologique et évaluation d’actions de prévention et de programmes de santé, diffusion de l’information via un centre de documentation et la base de données documentaires en ligne de la Plate-forme ressources en éducation pour la Santé d’Alsace.

L’Instance régionale d’éducation et de promotion de la santé (IREPS) Alsace est une structure régionale investie dans le champ de la promotion de la santé. Elle assure les missions suivantes : formation initiale et continue des professionnels et futurs acteurs de l’éducation ou de la promotion de la santé, conseil en méthodologie de projets, mise à disposition d’une documentation généraliste dans les domaines de la prévention et de la promotion de la santé et enfin contribution à l’élaboration des politiques locales de santé.

Quels sont l’origine et l’objectif principal de cette action ?

Dans un premier temps, l’ORS a été mandaté par l’Agence régionale de santé (ARS) pour identifier deux territoires prioritaires sur lesquels des efforts particuliers devraient être consentis pour améliorer l’état de santé de la population. Les cantons alsaciens ont été mis en regard notamment en termes d’état de santé, d’offre de soins, mais aussi de situation socioéconomique.

Le traitement de l’ensemble de l’information a permis l’identification de territoires cumulant les indicateurs les plus défavorables. Par ailleurs, les acteurs locaux de ces territoires étaient déjà investis dans une démarche volontariste d’amélioration de la santé de la population et ont donc manifesté un vif intérêt pour la réalisation de ces diagnostics.

Ainsi, les communautés de communes du Val d’Argent et de la Vallée de la Bruche ont été retenues par l’ARS, en accord avec les Présidents des deux collectivités, pour faire l’objet d’une proposition de diagnostics locaux de santé (DLS) devant précéder la signature de contrats locaux de santé (CLS).

L’ARS a ensuite mandaté l’IREPS et l’ORS pour réaliser ces DLS, dont les objectifs étaient les suivants :

– Approfondir le diagnostic sur l’état de santé, l’accès aux soins et aux dispositifs médico-sociaux, la situation sociale et démographique des populations de ces territoires, à partir des données statistiques disponibles mais aussi des besoins identifiés par la population, les professionnels et les élus locaux et des attentes formulées par ces acteurs.

– Déterminer des priorités de santé devant faire l’objet d’actions spécifiques dans le cadre des CLS.

A quels problèmes de santé votre action répond-elle ? Quels déterminants de ces problèmes de santé les DLS ont-ils cherché à explorer, à analyser ?

Les deux territoires retenus pour ces DLS, le Val d’Argent et la Vallée de la Bruche, ont en commun de cumuler de nombreux indicateurs défavorables, tant sur le plan de la mortalité générale ou prématurée que sur les plans socio-économique (taux de chômage, proportion de bénéficiaires du RSA socle, proportion d’ouvriers…) ou démographique (taux élevé de personnes âgées de 75 ans ou plus, indices de vieillissement…). Ils ont également en commun l’investissement préalable des élus locaux dans le champ de l’amélioration de la santé des habitants.

L’approche retenue pour ces DLS s’inscrivait dans le cadre de la promotion de la santé. C’est pourquoi ces DLS ont exploré l’ensemble des données disponibles sur quatre groupes de déterminants de la santé des personnes : l’organisation du système de soins, l’environnement physique et matériel, l’environnement social et enfin les modes de vie et comportements individuels.

En outre, la promotion de la santé reconnaissant aux populations une expertise profane, la méthodologie de ces DLS permettait de privilégier au maximum l’implication des habitants dans la démarche, via différents modes de consultation : entretiens collectifs, réunions publiques et questionnaires.

Quelle a été la méthodologie retenue pour ces diagnostics ?

Il s’agissait de diagnostics partagés entre les élus et les financeurs, les professionnels des secteurs sanitaire, social et médicosocial et les habitants. Chaque diagnostic a respecté les étapes suivantes :

– Une recherche documentaire pour collecter, analyser et synthétiser des documents d’ordre historique, géographique, économique ou sociologique.

– Une recherche d’indicateurs chiffrés permettant d’approcher d’un point de vue statistique la situation du territoire et de ses habitants.

– Un recueil des besoins perçus par les professionnels, via de nombreux entretiens individuelspermettant de vérifier les données quantitatives par une approche plus qualitative des besoins de santé et de leurs déterminants.

– Un recueil des besoins et attentes de la population, des élus et des professionnels, via des entretiens collectifs et par l’intermédiaire de questionnaires diffusés largement dans les deux territoires concernés.

– L’identification de ressources disponibles pour la mise en œuvre du contrat local de santé : acteurs, structures, etc.

Dans le cadre de ce diagnostic, les éléments recueillis auprès des personnes interrogées ont été systématiquement analysés et replacés au sein des déterminants de la santé et des facteurs les influençant. Cet exercice a notamment permis d’identifier des facteurs transversaux ayant une influence sur plusieurs déterminants de la santé des habitants.

Quels résultats avez-vous obtenus ?

A l’issue des différentes étapes décrites ci-dessus, une analyse approfondie des données tant quantitatives que qualitatives (entretiens, questionnaires…) a permis de faire émerger les principaux problèmes et facteurs défavorables à la santé identifiés sur les deux territoires concernés.

Dans les deux territoires, différentes méthodes d’animation ont été utilisées pour aboutir à une priorisation de ces problèmes, en fonction de leur importance pour les personnes rencontrées ou interrogées et de la fréquence de leur évocation.

Cette priorisation a servi de base à la création de groupes de travail constitués, dans chaque territoire, des professionnels des différents champs mentionnés (sanitaire, social et médicosocial). L’objectif de ces groupes est l’élaboration des CLS qui doivent être signés entre les deux communautés de communes concernées et l’ARS, en vue d’améliorer concrètement et durablement la santé des habitants.

Quels partenariats avez-vous mis en place pour l’élaboration et la réalisation de ces diagnostics ?

Les diagnostics locaux de santé ont été élaborés conjointement par l’IREPS et l’ORS Alsace, à la demande et sous la supervision de l’Agence régionale de santé, avec la collaboration active des communautés de communes concernées, futures signataires des contrats locaux de santé.

En quoi un diagnostic local de santé s’inscrit-il dans le cadre de la promotion de la santé ?

La prise en compte des déterminants de la santé 

Le diagnostic explorait tous les facteurs ayant une influence sur la santé, qu’ils relèvent de l’organisation du système de santé ou qu’ils soient de nature socio-économique, socioculturelle, matérielle… Ce parti pris a permis de prendre en compte la santé globale de la population, au sens de l’OMS (la santé étant considérée dans ce diagnostic comme un moyen, une ressource pour réaliser ses ambitions et s’adapter à son milieu, non comme un but en soi).

Le renforcement des actions communautaires

Dans le cadre de ce diagnostic, le point de vue des habitants a été recherché, écouté et entendu. L’analyse des problèmes et leur priorisation ont mis sur le même plan les avis recueillis auprès des habitants, des professionnels ou des élus.

Le décloisonnement des champs de la santé et de la prévention

Le diagnostic visait à impulser une dynamique entre les professionnels de différents champs : sanitaire, mais aussi social, médicosocial, de la culture et des loisirs, etc. Les méthodes d’animation et de recueil utilisées visaient aussi bien à les réunir qu’à les faire travailler ensemble à l’amélioration de la santé globale des habitants.

Les rapports des diagnostics locaux de santé du Val d’Argent et de la Vallée de la Bruche sont consultables en ligne sur les sites internet de l’IREPS et de l’ORS, sous les liens suivants :

 – http://www.irepsalsace.org
http://www.orsal.org

  Entretien réalisé par Aline Audin (coordonnatrice de la Plate-forme Ressources) avec Cécile Cayre et Laurence Moine, respectivement chargée de projet à l’IREPS et chargée d’études à l’ORS Alsace.

Les commentaires sont fermés.