Expérimentation de 3 dispositifs pour la protection des femmes en très grand danger à Strasbourg

Roland Ries, Sénateur-Maire de Strasbourg, Jacques Bigot, Président de la Communauté urbaine de Strasbourg et Olivier Bitz, Adjoint au Maire de Strasbourg en charge de la sécurité et de la prévention, se réjouissent du lancement à Paris du dispositif de téléphone portable pour femmes en grand danger.

Après avoir été initié en Seine Saint-Denis, il a, dès janvier 2011, été déployé sur le département du Bas-Rhin, sous l’impulsion du Parquet, dans le cadre du Contrat Intercommunal de Prévention et de Sécurité de la Communauté urbaine de Strasbourg. Il est cofinancé par la Ville et la Communauté urbaine de Strasbourg, l’Etat et le Conseil général du Bas-Rhin. Il s’appuie sur une étroite collaboration entre les acteurs publics et les associations spécialisées dans l’aide aux victimes.

Il vient compléter un dispositif plus large comprenant, en 2011 la création d’un Bureau d’Aide aux Victimes au Tribunal de Grande instance de Strasbourg financé par le Ministère de la Justice et la création d’un Point Accueil Victimes au sein de l’hôtel de Police, soutenu par les mêmes financeurs que le dispositif des téléphones d’alerte.

Lire la suite sur le site Internet de ville de Strasbourg.

Les commentaires sont fermés.